vendredi , 28 juillet 2017
Accueil » Actualités » IG à l’origine de l’enquête de la FCA sur Plus500 ?

IG à l’origine de l’enquête de la FCA sur Plus500 ?

Auteur :

Globes, le magazine israélien spécialisé dans les entreprises technologiques, vient de publier un article à charge contre Playtech et IG concernant les récentes mésaventures du broker Plus500. Selon Globes, IG, le leader du trading de CFD en Europe serait en train de profiter de la situation compliquée du broker Plus500 pour débaucher ses employés.

ig-enquete-fca-plus500

IG à l’origine de l’enquête de la FCA ?

Sans réellement donner de sources mais en déclarant s’appuyer sur le témoignage de personnes proches des deux entreprises, Globes affirme que IG aurait sollicité les employés de Plus500 via les réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn…) afin de les convaincre de rejoindre IG. Selon les mêmes sources, IG serait sur le point d’ouvrir une filiale israélienne dirigée par l’ancien PDG de FXCM Israel, Tal Zohar.

Mais le magazine va plus loin encore et insinue que IG ne serait pas totalement étranger aux récents déboires de Plus500. Globes déclare en effet que certaines sources affirment que IG aurait fait pression sur le régulateur Anglais (FCA) ou aurait du moins renseigné le régulateur sur les procédures douteuses de Plus500. IG est aussi régulée par la FCA et est également cotée sur le London Stock Exchange. Globes insinue que le broker n’aurait pas vu d’un bonne œil la performance de Plus500 qui a réussi à se placer dans le top5 des brokers de CFD au Royaume-Uni en seulement quelques années à enregistrer la plus forte performance boursière en 2014.

Notre avis sur les accusations de Globes

Nous le savons bien, le trading en ligne n’est pas un monde de bisounours… Néanmoins, nous n’accordons que peu de crédits aux accusations de Globes. Même si IG a peut être émis certains doutes quant aux opérations de Plus500 auprès de la FCA, cela se fait dans le sens de la protection des clients. IG est un des acteurs les plus anciens du trading en ligne européen qui investit énormément dans la sécurité des fonds des clients et qui mobilise beaucoup de ressources afin de se plier à la régulation anglaise qui se veut de plus en plus stricte. Il est normal que le broker IG cherche à protéger ses intérêts en mettant en avant les agissements de concurrents qui profiteraient d’une concurrence déloyale. Néanmoins, la FCA n’a pas pénalisé Plus500 au sens propre mais à juste donner au broker une liste de nouvelles exigences à respecter quant-aux procédures d’indentification des clients et de lutte contre le blanchiment d’argent.

Enfin, il semblerait que Globes soit quelques peu biaisé dans son jugement. Premièrement, c’est le magazine Globes qui avait élu Plus500 la « meilleure société digitale d’Israël » début 2015. Certains analystes avaient alors mentionné la « proximité » du management de Plus500 et de Globes pour relativiser la récompense du broker. De plus, Globes est connu pour être hostile au milliardaire Teddy Sagi, actionnaire majoritaire de Playtech et investisseur actif dans le milieu du trading en ligne via son ancienne filiale TradeFX (aujourd’hui fusionnée à Playtech) qui détient notamment les marques Markets.com et Topoption.

Nous attendons donc d’y voir plus clair sur cette histoire avant de tirer des conclusions à la hâte. IG s’impose de plus en plus comme le broker de CFD le plus respectable du marché Européen et nous pensons qu’il n’a pas besoin de s’abaisser à ce genre de pratiques pour maintenir son leadership.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*