vendredi , 28 juillet 2017
Accueil » Actualités » Offre de Playtech – Les actionnaires de Plus500 voteront le 16 Juillet

Offre de Playtech – Les actionnaires de Plus500 voteront le 16 Juillet

Auteur :

A la suite de l’offre de rachat de Playtech sur Plus500, les actionnaires du broker anglais se réuniront le 16 Juillet 2015 lors d’une assemblée générale exceptionnelle afin de voter pour ou contre la proposition du développeur de logiciels de gambling et de trading israélien.

Le broker de CFD Plus500 vient de publier un nouveau communiqué concernant l’offre de rachat par Playtech. Le vote concernant l’offre qui valorisait le courtier à 700 millions dollars (4 Livres Streling par action) aura lieu lors d’une assemblée générale exceptionnelle qui se déroulera le 16 Juillet 2015. Le conseil d’administration a déjà fait savoir qu’il voterait en faveur de l’offre de Playtech mais certains investisseurs de la première heure comme le fond d’investissement Odey Asset Management ou la banque d’investissement américaine JP Morgan s’opposent au rachat.

vote-offre-rachat-playtech-plus500

Retour sur la situation du broker Plus500

Alors que le broker affichait une croissance affolante sur les deux dernières années, la sucess story de Plus500 a été stoppée nette par une demande de la FCA. Le régulateur anglais a en effet sommé le broker de revoir son processus d’identification des clients et de lutte contre le blanchiment d’argent. Plus500 a donc été contraint de geler les comptes des clients enregistrés via sa filiale anglaise Plus500UK Limited. En parallèle, certains analystes ont commencé à soupçonner Plus500 de vouloir transférer l’ensemble de ses clients vers sa filiale Chypriote Plus500CY Limited. Après une chute de près de 60% de l’action en bourse Plus500, le développeur de logiciel de gambling et de trading en ligne Playtech a proposé de racheter le broker de CFD anglais pour plus de 700 millions de dollars.

Les actionnaires se divisent sur l’offre de Playtech

Comme nous l’indiquions plus haut, le conseil d’administration de Plus500 a déjà fait savoir qu’il votera en faveur du rachat et qu’il supporterait l’offre de Playtech auprès des investisseurs particuliers. « Le conseil d’administration de Plus500 pense que l’offre de rachat de Playtech est adéquate et protège les intérêts de Plus500 et de ses actionnaires. Le conseil recommande donc aux actionnaires de la société de voter en faveur de la proposition de rachat » a déclaré le directeur du conseil d’administration de Plus500 Alastair Gordon.

De son côté, le plus gros investisseur institutionnel dans Plus500, Odey Asset Management, qui détient plus de 25% du capital du broker, a fait savoir aux actionnaires qu’il jugeait l’offre de Playtech insuffisante et que celle-ci sous-évaluait la valeur réelle de l’entreprise. Le fond reproche à Playtech de profiter de la situation actuelle pour acheter la société au rabais.

Les fondateurs de Plus500, qui détiennent aussi plus de 36% du capital de l’entreprise, ne se sont pas encore exprimés mais il serait naturel qu’ils suivent les recommandations de leur conseil d’administration. La proposition doit récolter un minimum de 50% des votes pour être acceptée et Playtech peut toujours décider de relever son offre avant l’assemblée générale pour convaincre Odey Asset Management.

Quel avenir pour Plus500 ?

Si le deal était approuvé, Plus500 fusionnerait avec la société israélienne Socialdrive, une filiale de Brighttech qui est, elle-même, une filiale de Playtech. Les responsables de Brighttech prévoit ensuite d’annuler la cotation sur le London Stock Exchange de l’action en bourse Plus500 qui redeviendrait de-facto une entreprise privée. Si le deal venait à être conclu, nous serions dans l’obligation de rétrograder Plus500 dans notre classement. Les déboires du broker avec la FCA laisse penser que le broker une fois racheté pourrait mettre fin à son activité au Royaume-Uni et ne garder que sa license de trading Chypriote (délivrée par la CySec). Le fait que le broker Plus500 soit listée était de plus un des argument clé de la première place du courtier dans notre classement de meilleurs brokers de CFD. En tant que société privée, le broker sera soumis à des contrôles moins stricts.

N’hésitez pas à consulter notre avis sur Plus500 pour plus de détails et à utiliser le lien sécurisé ci-dessous pour accéder au site du broker.

Visiter Plus500

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*